Commenter

Que cesse ce fatalisme gaulois !

Le 17 juillet 2016, après l’attentat de la promenade des Anglais à Nice, Manuel Valls déclarait : « le terrorisme fait partie de notre quotidien pour longtemps […] Soyons clairs : nous avons changé d’époque ». Sans s’aventurer à remettre en cause la détermination de l’ancien premier ministre, ne s’est-il pas abandonné dans ces paroles à une légère débauche de fatalisme ? Il est dans l’air du temps de considérer…

Article complet