Commenter

Nous sommes tous des enfants d’Emmanuelle

C’était il y a quarante-cinq ans, au début de l’été 1974. Giscard prenait la barre à l’Elysée. Les chevrons Citroën présentaient l’oblongue CX, aussi phallique qu’aérodynamique. L’aristo Jean d’O nous parlait du château de Saint-Fargeau dans Au plaisir du Dieu. Les Histoires d’O enflammaient la province endormie et réveillaient en sueur les pensionnats de jeunes filles. Nous étions en phase de soumission à l’hégémonie du monokini…

Article complet