Commenter

Haïkus funèbres

Après sa série d’été, un bonus signé Roland Jaccard Seul À la gare de Lausanne Une larme Cette chaleur Qui m’étouffe N’est plus celle de notre amour Chambre 612 Plus jamais On n’entendra ses cris À qui lirai-je Albertine disparue Maintenant Tant de noms oubliés Dans ce carnet Le sien y figure encore Ses seins Comme j’aimais Les caresser Caroline ne viendra jamais À Lausanne Trop…

Article complet