Commenter

Dans le Paris de sa jeunesse perdue

Paris de ma jeunesse, le livre de souvenirs de Pierre Le Tan, cartographie d’une jeunesse à part, ne force pas le trait. Il dessine en pointillé le Paris enfoui des beaux quartiers, dans les lointaines années 1950/1960. Du XVIème arrondissement au cœur de la rive gauche, une Atlantide perdue ressurgit, sorte de société secrète qui vivait dans des immeubles de standing à l’abri du tumulte…

Article complet