Commenter

«Ce qui s'est passé en Libye et en Syrie, c'est en grande partie une conséquence de l’invasion américaine de l’Irak»

Malgré la démission du Premier ministre Abdel-Mehdi le 1er décembre, la violence a de nouveau explosé en Irak, plus d’une douzaine de personnes ayant été poignardées jeudi sur la place Tahrir de Bagdad par des étrangers qui visaient, selon des médias, des manifestants non violents. Un analyste américain a commenté la situation au micro de Sputnik.

Article complet