Commenter

Les mots de François Hollande, la violence de la vérité…

Mon premier mouvement a été de me dire : quel beau discours (BFMTV, Les Echos) ! Puis le charme se dissipe. Je me reproche d’être abusivement sensible à l’esthétique, à l’allure d’une parole et de l’écouter religieusement, moins parce qu’elle est convaincante qu’à cause de sa beauté intrinsèque, de son style, de son souffle. L’enchantement continue à se dégrader. Ce n’est pas seulement qu’on nous…

Article complet