Commenter

La dictature du paraître

Par Johan Rivalland. Il n’était pas évident d’entrer dans la lecture de ce roman immédiatement après celle du quatrième volume du Cimetière des Livres oubliés et la superbe plume de Carlos Ruiz Zafon… Quelle rupture de style radicale d’un seul coup. Mais on comprend vite que le style très simple, dépouillé, voire presque familier du présent roman s’impose. Car nous voilà embarqués dans l’univers quotidien…

Article complet