Commenter

Justice à la traîne, délais raisonnables…

Un homme accusé du meurtre d’un policier et condamné à 20 ans de réclusion en 2011 a été remis en liberté parce que son affaire n’avait pas encore été fixée devant la cour d’assises d’appel au bout de quatre années (Le Figaro). Dans un délai raisonnable. Une femme – « la veuve noire » – condamnée à 30 années de réclusion criminelle, en 2010, pour homicide volontaire…

Article complet